Actualité

Rencontre : Les acteurs du monde économique Réunionnais

Sainte-Marie, le dimanche 22 novembre 2015

« Renforcer encore notre politique de grands chantiers réunionnais, porter une grande révolution fiscale et sociale pour les entreprises et ouvrir une zone franche globale à l’export »

Le Candidat Didier ROBERT a rencontré ce matin près de 3000 chefs d’entreprises Réunionnais pour évoquer le Projet régional 2015/2021. Entouré des colistiers parmi lesquels Ibrahim PATEL, et Bernard PICARDO, Danièle LE NORMAND, Luc Guy FONTAINE, ou encore Jean-Paul Virapoullé, maire de Saint-André, et Philippe Jean-Pierre, professeur à l’Université. Le candidat aux régionales, tête de la liste RÉUNIONNOUS, a tenu à échanger avec les représentants du tissu économique local pour réaffirmer le soutien et le rôle de la Région au lendemain des élections auprès des acteurs économiques et notamment des TPE/ PME.

Danièle LENORMAND, chef d’entreprise et colistière, a d’abord tenu a rappeler les raisons de son engagement aux côtés de Didier ROBERT : « Je suis réunionnaise et toute ma bataille, tout mon enjeu, c’est ce territoire, cette île que j’aime. Le tissu vivant de La Réunion, celui de l’économie, c’est ce qui va apporter ici une réponse au social. Avec modestie, mais avec compassion, chacun de nous peut tendre la main à son voisin et, dans un mouvement d’économie circulaire sur le territoire, générer des emplois. C’est pourquoi aujourd’hui je suis impliquée dans RéunionNous, parce que je pense que notre potentiel, nous devons le libérer. Il est urgent que nous trouvions notre place dans notre zone, pas seulement auprès des îles voisines, mais aussi de l’Afrique, Ia Chine, l’Inde, l’Australie. »

Continuer à redynamiser l’économie et à soutenir l’investissement, c’est aussi l’idée défendue par Ibrahim PATEL, candidat aux régionales aux côtéés de Didier Robert : « Nous sommes dans une conjoncture économique difficile à La Réunion. Si j’ai décidé de suivre Didier Robert, c’est pour l’accompagner dans ses actions auprès des petites entreprises. Pour 2015-2021, Didier Robert a proposé que l’on mette en place un guichet dans les chambres consulaires pour travailler sur toutes les aides possibles et imaginables pour la création d’entreprise. Pour que les entrepreneurs retrouvent la joie de créer et d’embaucher. »

Après avoir souligné le rôle déterminant joué par le POP (Plan Ordinateur Portable) sur 2010-2015 dans l’équipement de milliers d’apprentis réunionnais en ordinateurs portables, Bernard PICARDO, a insisté sur l’importance pour les entreprises locales, pour toutes les entreprises du mode des artisans, de la poursuite de la relance de la commande publique : « À la chambre de métiers, il y a plus de 16 000 entreprises, dont 6000 dans le secteur du bâtiment. La Région va se lancer avec Didier ROBERT dans la réhabilitation de logements sociaux pour que ce soient les entreprises de La Réunion, et notamment les très petites, qui soient au travail et dans l’action. »

Le chef d’entreprise, Luc-Guy FONTAINE, colistier, a souligné la force d’action du candidat : « En tant que dirigeant d’une entreprises de 49 salariés, je connais les difficultés des chefs d’entreprise au quotidien, notamment en matière de charges fiscales. Si aujourd’hui je rejoins Didier Robert, c’est parce que j’ai constaté pendant sa mandature qu’il était vraiment dans l’action. Après les promesses non tenues de son prédécesseur, des projets tels que la NRL sont aujourd’hui en train de se faire. Didier Robert a fait le choix d’aider la population pour pouvoir consommer, et les entreprises pour pouvoir embaucher. »

Mettant en avant le rôle de « facilitateur » que doit continuer à jouer la collectivité régionale vis-à-vis des entreprises réunionnaises, Didier ROBERT a également rappelé celui de « bouclier » endossé au cours des trois dernières années en particulier : « Depuis 2012, il y a un gouvernement qui n’entend pas La Réunion, qui n’entend pas les chefs d’entreprise et qui prend des décisions qui télescopent tout ce que nous sommes en train de faire. Si nous avons voulu pour la première fois faire entrer plus d’acteurs économiques à la Région, c’est parce qu’il faut que le chef d’entreprise réunionnais soit rassuré sur le fait que nous resterons à ses côté pour le protéger. »

Abordant le sujet de la NRL et la question controversée de l’importation de galets de Madagascar, Didier ROBERT a annoncé qu’au lendemain des élections, il lancerait une consultation pour que chaque Réunionnais puisse exprimer son choix au sujet des deux options désormais possibles pour s’approvisionner en matériaux de construction à La Réunion : importer des « galets » ou ouvrir des carrières d’exploitation.

Et d’ajouter : « Deux parlementaires, deux candidats, Thierry Robert et Huguette Bello, ont passé un an à me traiter de « criminel » parce que des projets de carrière étaient en cours d’examen. Ce que je ne comprends pas, c’est comment dans ces conditions Madame Bello en tant que maire de Saint-Paul a pu, en mars 2014, signer une ouverture de carrière pour le groupe Holcim qui travaille à Piton Defaud au milieu de Cambaie ! On ne peut pas dire une chose et faire exactement l’inverse. On ne peut pas manifester contre les carrières et dans le même temps signer l’ouverture d’une de ces carrières dans sa commune »

Au-delà des projets déjà annoncés pour 2015-2021 – la 2ème génération des grands chantiers avec le projet industriel de Bois Rouge, le pôle économique de Pierrefonds, l’Eco Cité de Cambaie, la réhabilitation de 20 à 25 000 logements insalubres, mais aussi l’engagement d’une véritable révolution fiscale avec l’obtention auprès de Paris d’un impôt sur les sociétés à 15 % et d’une diminution par deux des charges sociales - , Didier ROBERT a annoncé sa volonté de créer à La Réunion une zone franche globale à l’export, pour aider les entreprises à mieux valoriser leur savoir-faire à l’extérieur. Etre dans une démarche de conquête dans les iles et les pays de l’Océan Indien.


23 novembre 2015